L'Irlande tourne le dos à la Grande-Bretagne: Simon Coveney avertit l'UE de `` regarder '' le Royaume-Uni dans la dispute sur le Brexit

Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, a admis qu’il y avait une «pression» pour trouver une percée sur le protocole de l’Irlande du Nord d’ici le mois prochain. M. Coveney a averti que la saison des marches loyalistes approche à grands pas et craint de nouveaux troubles politiques s’il n’y a pas de résolution. Belfast a été le théâtre de tensions politiques accrues ces derniers mois, notamment des émeutes dans les rues des quartiers loyalistes.

Le protocole de l’Irlande du Nord a été créé pour empêcher une frontière dure sur l’île d’Irlande et lie Belfast au cadre réglementaire de l’UE.

Il a été condamné par les unionistes, qui soutiennent que le mécanisme sape le Royaume-Uni et menace l’accord du Vendredi saint.

M. Coveney a sonné l’alarme à la suite d’une réunion avec Maros Sefcovic, coprésident du comité mixte UE-Royaume-Uni chargé de la mise en œuvre du protocole.

Il a déclaré: «Plusieurs idées sont en cours de discussion, mais ce n’est pas une question simple.

«De nombreux pays de l’UE regardent comment la Commission résout ce problème, car le problème le plus important pour l’UE est que nous protégeons l’intégrité de notre propre marché unique.»

Il a ajouté: «La dernière chose que nous voulons voir, c’est entrer dans une saison de marche cet été, sans les restrictions de Covid gardant les gens chez eux, sans que bon nombre de ces problèmes ne soient résolus politiquement.

« Donc, je pense qu’il y a une pression pour que nous trouvions un moyen de trouver des solutions d’ici un moment en juin, et je pense que la Commission en est très consciente et je suis sûr que le gouvernement britannique l’est aussi. »

M. Coveney a reconnu que ce n’était pas à lui de fixer une date limite, mais a proposé de travailler avec les deux parties.

Depuis, l’UE a demandé que le protocole soit pleinement mis en œuvre et a entamé une action en justice.

La Commission européenne a déjà proposé un soi-disant accord vétérinaire, qui lierait le Royaume-Uni aux règles de l’UE en matière de sécurité alimentaire et de santé animale – ce que Westminster a renversé.

La Grande-Bretagne a depuis appelé à un accord «d’équivalence», qui mesurerait les résultats plutôt que de s’aligner sur les normes strictes de l’UE.

M. Coveney a déclaré à RTE: « La position britannique est claire depuis de nombreux mois selon laquelle ils aimeraient voir l’équivalence des normes reconnue au Royaume-Uni.

Si vous ne pouvez pas voir le sondage ci-dessous, veuillez Cliquez ici

«Et la position de l’UE est tout aussi ferme et claire qu’elle ne peut pas faire cela légalement sans créer un précédent pour tout un tas d’autres pays tiers, avec lesquels l’UE a des relations, donc ce qu’ils veulent, c’est l’alignement sur les règles de l’UE sur normes vétérinaires. »

La semaine dernière, M. Coveney s’est entretenu avec le secrétaire d’État d’Irlande du Nord Brandon Lewis à Dublin et les deux parties ont réaffirmé leur engagement à respecter l’accord du Vendredi saint.

Le comité mixte UE-Royaume-Uni devrait tenir de nouvelles discussions sur le protocole au cours de la première semaine de juin.