Un responsable russe complote pour inonder l'Europe de migrants alors qu'il jure que "l'Ukraine ne devrait pas exister"

Un responsable d’une université russe a insisté sur le fait que « l’Ukraine en tant que pays ne devrait pas exister ». Ses commentaires sont venus au milieu des informations faisant état du retrait des troupes de Vladimir Poutine de Kherson.

Le chef du Kremlin, lors du lancement de son « opération militaire spéciale » en Ukraine, a exprimé la nécessité pour Kyiv de subir une « démilitarisation » et une « dénazification ».

Les commentateurs sociaux n’ont cependant pas tardé à dire aux millions de téléspectateurs des chaînes de télévision publiques que le conflit pourrait apporter un avantage supplémentaire en déclenchant plus généralement la « désukrainianisation ».

Alors que les rapports faisant état de revers russes sur le champ de bataille cette semaine se sont intensifiés, un expert est allé encore plus loin, affirmant que le pays devrait cesser complètement d’exister.

Andrey Sidorov a déclaré à Channel One Russia que c’est ainsi que la situation doit être comprise, lorsqu’elle est « gérée de manière rationnelle et non émotionnelle ».

D’autres experts du studio semblaient divertis par son point de vue sur la «justification» actuelle.

Sidorov est vice-doyen de la politique mondiale à l’Université d’État de Moscou.

Lui, traduit par Julia Davis de Russian Media Monitor, a également soutenu que Moscou devrait encore « couper » l’Europe.

Le vice-doyen a déclaré: «Nous pouvons en principe couper tout lien avec eux. De plus, si nous le faisons… nous mettrons l’Europe au bord de la survie.

LIRE LA SUITE: La colère de maman alors que sa fille déteste tellement son nom qu’elle refuse de l’utiliser

« Je pense qu’il est plus avantageux de le faire au début de l’année, vers le printemps, car la situation commencera à se détériorer d’ici là, en termes de tensions économiques et sociales en Europe. »

Répondant aux commentaires de Sidorov, Mme Davis a déclaré que ces responsables « se délectent d’être mauvais ».

Elle a ajouté qu’« ils ne sont pas très introspectifs ».

S’exprimant séparément sur Channel One Russia, le député de Russie unie Andrei Isayev a tenté aujourd’hui de balayer les récents revers de Moscou en Ukraine.

Francis Scarr de la BBC a commenté : « Bien sûr, à la télévision d’État russe, ils n’admettront pas avoir subi des défaites aux mains de l’Ukraine, alors ils ont invoqué le vieux châtaigne de ‘nous sommes contre l’OTAN’ pour expliquer l’annonce Retrait de Kherson aux téléspectateurs.