Michel Barnier s'en prend à "l'arrogant" Macron dans sa lutte pour devenir le prochain président français

L’ancien négociateur du Brexit de l’UE s’est opposé à ses collègues de parti qui se sont battus pour se présenter contre Emmanuel Macron en avril prochain. Mais dans le but d’apparaître comme le candidat le plus fort de son parti, Michel Barnier a lancé une attaque cinglante contre le président français, le qualifiant d' »arrogant » et d' »échec ».

Il a fustigé : « Je veux vous parler de la France, et comment je la gouvernerai si les Français me font confiance. Notre pays n’a pas été bien gouverné.

« L’échec du président sortant est clair.

« Pourquoi ? Parce qu’il a gouverné notre pays de manière solitaire et arrogante. Il n’a pas donné de résultats, comme les Français peuvent le constater.

« Comment aimerais-je gouverner ? Chacun doit avoir sa place. Le président doit présider. Le gouvernement, tel que dicté par la constitution, doit gouverner.

« Le parlement doit être respecté et écouté. Le dialogue social est important.

« Et il faut qu’il y ait de la confiance. Ce n’est plus le cas depuis cinq ans entre les maires, les régions, les départements et le pouvoir exécutif. »

Adressant l’échec de M. Macron à sauvegarder l’économie française pendant son mandat présidentiel, il a poursuivi : « La dette française atteint environ trois mille milliards.

« Si vous combinez la dette avec l’inflation qui revient, vous pouvez bien imaginer une crise financière, ce qui est quelque chose à éviter. Le commerce extérieur s’est effondré.

« Quand vous avez un commerce extérieur qui s’effondre, et que vous donnez des bonus à tout le monde en même temps, que faites-vous ?

LIRE LA SUITE: Le masque de l’UE glisse alors que Sefcovic rejette la demande de Frost

« Il faut faire d’autres réformes qui concernent notamment la lutte contre la fraude fiscale. Il y a beaucoup d’argent à récupérer. »

Après avoir annoncé sa candidature surprise en août, M. Barnier a devancé ses rivaux dans la course pour devenir le candidat tête de liste du parti de centre droit Les Républicains (LR).

Le parti organisera des élections primaires le mois prochain pour désigner qui affrontera le président Emmanuel Macron et la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen lors du vote d’avril.

M. Barnier est connu de beaucoup au Royaume-Uni comme le chef de l’équipe de négociation de l’UE, qui a dirigé les pourparlers au nom de Bruxelles concernant la sortie de la Grande-Bretagne du bloc.

Après quatre ans et demi de négociations ardues, M. Johnson a annoncé la veille de Noël l’année dernière que les deux parties avaient finalement accepté l’accord de commerce et de coopération.

Le Premier ministre britannique a été fortement critiqué par M. Barnier dans son livre « My Secret Brexit Diary: A Glorious Illusion », publié en mai de cette année.

M. Barnier s’en est pris à l’équipe de négociation britannique dans son livre, les qualifiant d’« enfantines » et de « pas à la hauteur de la tâche ».

Dans son récit de 500 pages sur les pourparlers sur le Brexit, il a décrit M. Johnson comme « comme un bulldozer » pendant une période de négociations en 2019.

Le Premier ministre « semblait être confus quant à la position de la Grande-Bretagne sur les aspects clés des négociations sur le Brexit à un moment critique », a-t-il affirmé.

M. Barnier a également déclaré que le Royaume-Uni avait prétendu à tort que l’UE avait exclu un accord commercial à la canadienne pour éliminer la majorité des droits de douane.