Brexit LIVE: le patron de Wetherspoons explique comment faire fonctionner la sortie - Truss prêt pour les pourparlers avec l'UE

M. Martin, 67 ans, s’est rallié aux tarifs douaniers et au « protectionnisme européen » dans une récente interview accordée au Sunday Times. La nouvelle survient alors que Liz Truss envisage un voyage à Dublin pour des pourparlers sur le protocole d’Irlande du Nord, une question qui, selon le Brexiteer Ben Habib, pourrait menacer « l’ensemble de son poste de premier ministre ».

Lors de son entretien, M. Martin a déclaré : « L’un des grands avantages du Brexit est de se débarrasser des putains de droits de douane. Ils ne l’ont pas fait ! Si vous critiquez l’UE pour son protectionnisme, il y a une promesse implicite que vous je vais faire quelque chose de différent. »

L’idée de se débarrasser des tarifs pour aider à atténuer la crise du coût de la vie au Royaume-Uni a déjà été lancée par le gouvernement du Premier ministre sortant Boris Johnson, mais avec l’annonce d’un nouveau chef et Premier ministre, attendu demain 5 septembre, la responsabilité sera transmis à un nouveau gouvernement.

Déjà, le système d’échange des pays en développement (DCTS) vise à réduire les droits de douane sur des centaines de produits de consommation courante dans le but de faire baisser les prix.

Le gouvernement a déclaré que cela pourrait inclure tout, des vêtements et des chaussures aux tomates et à l’huile d’olive.

Cependant, l’espoir du Premier ministre et probablement gagnant, Liz Truss, a un autre problème lié au Brexit qu’elle voudra affronter au cours de ses premiers jours au pouvoir.

Des fonctionnaires organiseraient un voyage à Dublin pour tenter de régler les problèmes liés au protocole d’Irlande du Nord.

Le Sunday Times rapporte qu’elle rencontrera le Taoiseach irlandais Micheal Martin pour tenter de « s’entendre » sur l’accord, qui a vu l’Irlande du Nord effectivement séparée économiquement du reste du Royaume-Uni.

Les ministres font avancer le projet de loi sur le protocole d’Irlande du Nord qui verrait le Royaume-Uni abandonner certaines des dispositions de l’accord, mais l’UE a riposté, menaçant de poursuites judiciaires.