The Beatles : George Harrison a empêché la chanson des Fab Four d'être dans un film

En 2000, Wes Anderson travaillait dur pour renforcer sa carrière cinématographique. Après Bottle Rocket et Rushmore, le réalisateur désormais oscarisé travaillait sur son troisième film, The Royal Tenenbaums. Tout en rassemblant les touches finales du film, il a voulu créer une « certaine ambiance » en utilisant quelques morceaux du répertoire des Beatles.

En 2014, Anderson a expliqué : « Nous avions traversé un long processus pour essayer d’obtenir l’autorisation pour ces chansons des Beatles et à cette époque, ils ne le faisaient pas.

« Cela a changé, mais à ce moment-là, nous essayions de casser la chose et de la faire se produire. Le problème était que nous avions de très bons éléments. Nous avions utilisé de la musique de John Lennon dans Rushmore et Yoko Ono… J’ai toujours eu le sentiment qu’elle m’a soutenu, même si je ne la connais pas. »

Bien qu’il ait de bonnes relations avec les Beatles, il a eu du mal à obtenir la signature de Hey Jude.

Il a expliqué : « Paul McCartney avait vu [Tenenbaums] et il a dit oui, mais George Harrison était malade et mourant. »

Harrison a reçu un diagnostic de cancer de la gorge en 1997. La star a été traitée par radiothérapie, qu’il pensait être un succès à l’époque.

En novembre 2000, il a recommencé la radiothérapie pour une tumeur au cerveau en Suisse, après s’être fait retirer une tumeur cancéreuse des poumons.

Anderson a poursuivi: « Vous deviez faire signer tout le monde et George n’était tout simplement pas possible.

« Personne n’allait dire : ‘Oh avant de mourir, pourriez-vous s’il vous plaît regarder ce film et nous dire si nous pouvons utiliser la musique pour cela ?' »

Anderson a poursuivi: « C’était un peu le bordel. Il a fait Hey Jude mais il n’en était pas content et ça n’a pas vraiment fonctionné. Il n’était pas à l’aise avec toute la situation, semble-t-il. « 

Finalement, le réalisateur a trouvé son musicien.

« Puis, à la dernière minute, Mark Mothersbaugh m’a demandé », se souvient-il. « ‘Pouvons-nous faire cela?’ Marquez et [music supervisor] George Drakoulias et moi, nous sommes juste entrés et très rapidement nous avons tout fait et nous avons eu de bonnes révisions et Mark a juste fait en sorte que cela se produise. Et puis ça s’est bien passé. »

Ce n’était pas le seul problème que les Fab Four avaient avec leur musique au cinéma.

Dans les années 1980, Paul McCartney détestait un morceau de sa musique dans un film de John Hughes.

Pendant la journée de congé de Ferris Bueller, Hughes a inséré un ensemble de cuivres sur Twist and Shout, au grand désarroi de McCartney.

Il a commenté : « S’il avait eu besoin de laiton, nous l’aurions collé sur nous-mêmes !

LA SOURCE

★★★★★