Les craintes que l'Iran ne s'éloigne des pourparlers nucléaires et renforcent son programme nucléaire sont expliquées

Les pourparlers entre les six pays participants et l’Iran ont commencé en juin mais ont stagné alors que le pays votait un nouveau président.

Depuis que le président sceptique du JCPOA, Ebrahim Raisi, est entré dans la mêlée en août, l’AIEA est confrontée à un mur de briques.

Les représentants iraniens n’ont pas répondu aux demandes de Rafael Grossi, le directeur général de l’AIEA, d’inspecter les caméras et les équipements de surveillance surveillant actuellement les centrales nucléaires du pays.

L’équipement permet au personnel de l’AIEA de comprendre si les centrales nucléaires créent de l’énergie consommatrice ou produisent des armes à combustible.

Sans cela, le chien de garde ne peut pas comprendre si Téhéran renforce son stock d’armes nucléaires.

Les responsables occidentaux doivent maintenant décider de censurer le gouvernement, une décision qui pourrait l’éloigner des négociations pour de bon.

★★★★★