Les Afghans sont confrontés à la pauvreté universelle avec un pays au bord d'une crise humanitaire "complète"

Les Afghans ont vu leur pays sombrer dans la tourmente et le chaos à la suite de l’insurrection des talibans qui a entraîné la chute du gouvernement du président Ashraf Ghani. Des centaines de milliers de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays, forcées d’abandonner leurs maisons par les violents combats. Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a estimé que plus de 550 000 personnes ont été contraintes de fuir avant même que les talibans ne reprennent le contrôle.

Un nouveau rapport publié jeudi par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) prédit que jusqu’à 97 pour cent de la population pourrait sombrer dans la pauvreté.

« Vous avez un choc budgétaire. Vous avez un choc de réserve », a déclaré à Al Jazeera Abdallah Al Dardari, représentant résident du PNUD en Afghanistan.

« Si les réserves, vous savez quelque 9 milliards de dollars, doivent être complètement gelées… alors vous avez un choc commercial.

« Vous avez une interruption dans le commerce national et international. »

Il a poursuivi : « Habituellement dans un pays de cette situation, les institutions financières internationales telles que le FMI [International Monetary Fund], la Banque mondiale et toutes les institutions financières bilatérales et multilatérales se réuniraient avec l’ONU et proposeraient un programme de réforme économique.

« Nous savons que cela n’arrivera pas. »

À la suite de la prise de pouvoir des talibans, elle a déclaré qu’à moins que des vivres et des fournitures médicales d’urgence n’arrivent bientôt, la « situation déjà horrible » deviendrait « une catastrophe absolue, un désastre humanitaire complet ».

Lundi, les Nations Unies ont lancé un appel pour près de 200 millions de dollars de fonds supplémentaires pour l’aide vitale en Afghanistan.

L’appel intervient après que les travailleurs humanitaires ont été contraints de quitter le pays alors que les talibans revenaient au pouvoir, et une réduction subséquente du financement.

★★★★★