Opération Mincemeat : une comédie musicale miraculeuse "extraordinaire à tous points de vue"

Tout ce dont ils avaient besoin était un cadavre qu’ils pourraient déguiser en pilote avec une mallette de faux documents attachée à son poignet pour être retrouvé par l’ennemi. En d’autres termes, un cadavre de Troie.

L’armée de cinq interprètes de la troupe comique Split Lip – trois femmes et deux mecs, en fait – livre une comédie musicale miraculeuse qui raconte toute l’histoire dans une sorte de farce accélérée qui est en partie Mel Brooks, en partie SIX, en partie Hamilton avec un ordre secondaire de Un homme, deux gouverneurs.

Les bouffonneries de changement rapide sont parfaitement synchronisées avec la métamorphose du casting aveugle au genre, des hommes du ministère aux marins en passant par les dactylographes ambitieux, les espions et les nazis chantant et dansant – ces derniers dans un nombre égal à Springtime for Hitler dans le enjeux hilarants de mauvais goût.

Le style maniaque et caricatural est levé par des moments d’une poignante surprenante comme la chanson de la lettre d’amour Dear Bill livrée par la fidèle secrétaire célibataire Hester (Jak Malone, qui joue également un pathologiste de style Cabaret qui est à moitié Joel Grey/moitié Liberace) avec une telle émotion délicatesse il fait taire toute l’assistance pendant plusieurs minutes.

Les paroles articulées pétillent et bouillonnent d’esprit, le petit groupe passe des genoux du Variety Hall au rap avec aisance et l’éclairage est exemplaire.

L’ensemble se compose d’un peu plus de cinq téléphones sur socles. Dans un spectacle qui déborde de confiance, rien d’autre n’est nécessaire. Extraordinaire à tous points de vue.

★★★★★