Le Brexit a « renforcé les lois britanniques ! »  Remoaners fermés pour évasion fiscale

Un utilisateur de Twitter s’est moqué des affirmations selon lesquelles le Brexit avait eu un impact sur les lois sur l’évasion fiscale. Dans le tweet, ils ont déclaré: « L’UE n’apportait aucune nouvelle législation que le Royaume-Uni n’avait pas, dans tous les sens matériels, déjà.

« La législation britannique sur l’évasion fiscale est plus stricte que tout ce qui est requis par la législation européenne, actuelle ou proposée, à l’heure du Brexit.

« Le Brexit n’avait rien à voir avec l’évasion fiscale. »

Un utilisateur de Twitter qui a répondu a répondu avec une foule d’emojis riant et pleurant, en disant: « Goooo Tories Protecting our Assets. »

La question du Brexit et de l’évasion fiscale était un sujet brûlant en 2019 et a constamment inspiré des arguments contradictoires dans les camps Remain et Leave.

L’acteur et écrivain David Schneider a fait la une des journaux en octobre 2019 lorsqu’il a tweeté sur la sortie de l’UE et ses implications sur la fiscalité.

« Pour l’amour de Dieu, les gars ! Faites le Brexit !

« Il y a beaucoup de Brexiters riches qui vont avoir toutes sortes de problèmes si nous sommes toujours là lorsque la date limite de la directive européenne anti-évasion fiscale arrivera le 1er janvier. #Agrément de retrait. »

M. Schneider faisait référence à la directive de l’UE qui a été mise en place pour essayer de garantir que les entreprises paient leurs impôts.

Il s’adressait particulièrement aux entreprises multinationales et à celles de la sphère numérique.

Cependant, comme la BBC l’a souligné à l’époque, les lois sur l’évasion fiscale seraient entrées en vigueur quel que soit le statut du Royaume-Uni au Royaume-Uni, car elles faisaient déjà partie du droit britannique.

Comme l’a dit le diffuseur, « il est difficile de trouver quoi que ce soit qui se passe en janvier 2020 avec ces règles qui semble suffisamment important pour influencer la vitesse à laquelle certaines personnes pourraient vouloir quitter l’UE. »

On ne sait pas d’où vient l’idée que le Brexit était un outil d’évasion fiscale, mais la BBC l’a retracée à un article écrit par quelques membres de Lawyers for Brexit.

L’article a maintenant été retiré de leur site Web.

Le titre disait : « Est-ce la vraie raison pour laquelle Farage et Rees-Mogg veulent un Brexit rapide ? »

La conversation sur les délais du Brexit et l’évasion fiscale s’est poursuivie tout au long de 2019 et 2020 et a été reprise par les politiciens et les journalistes au cours de cette période.

Le député travailliste, David Lammy, a tweeté sur le problème et l’a lié à l’article maintenant supprimé.

Il a écrit : « La raison pour laquelle les Brexiteers multimillionnaires sont mécontents des lois adoptées à Bruxelles ?

« La directive de l’UE contre l’évasion fiscale qui entre en vigueur cette année peut signifier qu’ils doivent en fait payer leur juste part aux services publics. »

★★★★★