Les réservations de vacances augmentent, mais les Britanniques sont-ils VRAIMENT prêts pour des vacances à l'étranger ?

Seuls deux répondants sur cinq (42 %) ont déclaré qu’ils étaient « susceptibles » d’envisager des vacances à l’étranger, tandis que près de deux fois plus (81 %) sont susceptibles de planifier des « séjours » ou des pauses à domicile ailleurs au Royaume-Uni. Cependant, les agents de voyages ont signalé une augmentation des réservations après que le secrétaire aux transports, Grant Shapps, a annoncé les modifications apportées aux règles.

Les réservations pour les vacances scolaires du mois prochain ont grimpé de 200 % par rapport à août, selon Thomas Cook. Il s’attend à ce que ce week-end soit le plus important de l’année pour les réservations.

À partir du lundi 4 octobre, le système de feux tricolores anglais sera supprimé et remplacé par une liste unique de pays rouges.

La Turquie, le Pakistan, les Maldives, l’Égypte, le Sri Lanka, Oman, le Bangladesh et le Kenya seront retirés de la liste rouge à partir de mercredi.

Les personnes à double piqûre n’auront plus besoin de passer un test avant de rentrer d’un pays non inscrit sur la liste rouge – et à partir de la fin du mois, elles pourront passer un test de flux latéral moins cher au lieu du test PCR du deuxième jour requis aujourd’hui.

Cependant, l’analyse du sondage Ipsos Mori, menée avant l’annonce des changements de règles, met à nu la réticence du pays à voyager loin à l’étranger et suggère que les staycations sont « là pour rester ».

Alors que 36 % déclarent qu’il est « probable » qu’ils envisagent un voyage en Europe (contre 31 % en août de l’année dernière), seulement un quart (25 %) disent cela à propos d’aller vers d’autres destinations à l’étranger (contre 20 %).

Soixante-dix pour cent des répondants ont déclaré qu’ils envisageaient de rester à la maison et/ou de faire des excursions d’une journée depuis leur lieu de résidence au cours de la prochaine année. Les deux tiers (65%) penseraient à aller quelque part au Royaume-Uni plus loin de leur lieu de résidence.

Moins d’une personne interrogée sur 10 (huit pour cent) a été en vacances à l’étranger cette année, six pour cent se rendant en Europe et trois pour cent ailleurs.

Seuls quatre répondants sur dix (39 %) ont séjourné au moins une nuit loin de chez eux quelque part au Royaume-Uni. Environ un quart (26 %) ont effectué diverses excursions d’une journée, mais 40 % n’ont pris aucun de ces types de vacances.

Gideon Skinner, directeur de recherche chez Ipsos Mori, a déclaré: « Cette année a encore vu l’effet de la pandémie avec des vacances et des séjours au Royaume-Uni beaucoup plus populaires que les voyages à l’étranger. Dans la perspective des 12 prochains mois, certains signes indiquent que les Britanniques deviennent légèrement plus optimistes quant au retour de leurs voyages à l’étranger, en fonction évidemment de la situation, mais le séjour national semble être là pour rester. »

Les plus jeunes sont les plus susceptibles d’être partis à l’étranger, avec 15 % des 16-34 ans s’en allant, contre seulement 7 % des 35-54 ans et seulement 4 % des 55-75 ans.

Les classes moyennes sont également plus susceptibles d’avoir quitté le Royaume-Uni. Alors que 11 pour cent de ceux de la classe professionnelle « ABC1 » sont partis à l’étranger cette année, seulement cinq pour cent de ceux de la classe ouvrière « C2DE » ont fait de même.

Les sondeurs ont interrogé 2 017 Britanniques âgés de 16 à 75 ans le 27 août.

★★★★★