Les complots de l'UE s'emparent de l'argent des consommateurs britanniques avec un nouvel engagement fiscal sur les entreprises énergétiques

Les gouvernements de toute l’Europe ont déjà investi des centaines de milliards d’euros en réductions d’impôts, aides et subventions pour faire face à une crise qui fait grimper l’inflation, obligeant les industries à arrêter la production et à augmenter les factures avant l’hiver.

« En ces temps, les bénéfices doivent être partagés et acheminés vers ceux qui en ont le plus besoin », a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, au Parlement européen à Strasbourg, ajoutant que les plans devraient lever plus de 140 milliards d’euros pour que les États membres les redirigent vers aider les entreprises et les consommateurs de détail.

Les pays de l’UE devront négocier les propositions de la Commission et se mettre d’accord sur les lois finales.

Les propositions de la Commission réduiraient les revenus excédentaires des parcs éoliens et solaires et des centrales nucléaires, en imposant un plafond de 180 € par mégawattheure (MWh) sur les revenus qu’ils perçoivent pour la production d’électricité.

Cela plafonnerait les revenus des producteurs à moins de la moitié des prix actuels du marché. Mercredi, le prix de l’électricité en Allemagne pour l’année précédente s’échangeait juste en dessous de 500 €/MWh.

La taxe pourrait également s’appliquer aux entreprises de l’UE qui approvisionnent le Royaume-Uni ainsi qu’aux entreprises britanniques qui approvisionnent le bloc, ce qui rend plus difficile pour Mme Truss de négocier des contrats avec des producteurs qui, à leur tour, seraient contraints de partager leurs bénéfices avec l’UE.

LIRE LA SUITE: La marionnette de Poutine secouée alors que des soldats ukrainiens formés au Royaume-Uni mènent l’avance