Des migrants russes à Dublin protestent contre l'idée d'une adhésion de l'Irlande à l'OTAN dans une décision "époustouflante"

La nouvelle survient alors que l’invasion russe de l’Ukraine depuis 168 jours a vu deux nouveaux membres rejoindre l’OTAN ces dernières semaines, la Suède et la Finlande se rapprochant de plus en plus de devenir des partenaires à part entière. La Russie a demandé à plusieurs reprises à l’OTAN de réduire sa présence à ses frontières et a salué les ambitions de l’Ukraine de rejoindre le bloc comme une « ligne rouge ».

La manifestation des Russes et des Serbes à Dublin a suscité une vive réaction sur Twitter avec plusieurs utilisateurs soulevant la question.

Un commentateur du nom de Globalpatria1 a déclaré : « La communauté russe et serbe d’Irlande proteste contre l’adhésion de l’Irlande à l’OTAN.

« Non, vous n’avez pas mal lu.

« Les immigrés de Serbie et de Russie ne veulent pas que l’Irlande devienne un pays de l’OTAN. »

Un autre, utilisant le même média et s’appelant KrystynaWoznia1, a déclaré: «C’est époustouflant.

« Immigrants serbes et russes en Irlande protestant contre l’adhésion de l’Irlande à l’OTAN.

« Tous deux apprécient la liberté et le style de vie de l’Occident, mais ils protestent pour détruire !

« Pourquoi les citoyens serbes qui protestaient ont-ils migré vers l’Irlande et non vers la Russie ? »

Le fil Twitter qui en a résulté s’est poursuivi avec un débat sur la question de savoir si l’Irlande pourrait en fait rejoindre l’alliance en premier lieu.

L’utilisateur de Twitter Nodnic a déclaré: « L’Irlande ne rejoindra jamais l’OTAN, elle n’a pas de marine ou d’armée de l’air, juste plusieurs milliers de forces de défense parfois impliquées dans le maintien de la paix de l’ONU.

« La Grande-Bretagne s’occupe de ses arrangements de sécurité dans le cadre d’un arrangement de facto pour couvrir la côte et l’espace aérien des incursions russes. »

Mais cela a été rapidement contré par Squirrel qui a déclaré: « L’Islande n’a littéralement pas d’armée (tout ce qu’elle a, c’est une petite garde côtière) et elle est toujours membre de l’OTAN. »

Les manifestations ont eu lieu le 6 août sur la rue O’Connell de Dublin, juste en face de l’emblématique bureau de poste général, site de l’insurrection de Pâques de 1916.

Des pancartes sur les lieux disaient : « Aujourd’hui la Suède et la Finlande, demain l’Irlande ? »

Tandis qu’un autre disait : « Ukraine, arrêtez de bombarder Donetsk ».

Selon un média, la manifestation a été accueillie avec le soutien général des passants, beaucoup tenant à l’idée que l’Irlande reste non alignée sur le bloc.

D’autres manifestations similaires ont eu lieu à New York, les manifestants exprimant leurs inquiétudes contre la guerre en Ukraine et soutenant les Républiques populaires de Donetsk et de Louhansk.

L’armée irlandaise, connue sous le nom d’Óglaigh na hÉireann, est une force relativement petite qui, dans le cadre de la politique irlandaise, maintient une politique de longue date de non-belligérance dans les conflits armés.

Cependant, la force participe à diverses opérations de maintien de la paix en coopération avec les Nations Unies.

Selon GlobalFirePower.com, l’Irlande possède la 97e armée mondiale.

Le site de statistiques militaires indique que l’Irlande compte 8 700 membres actifs et 4 000 autres en réserve.

La puissance aérienne de l’Irlande se compose de 23 avions, la majorité étant des avions d’entraînement et des hélicoptères.

L’armée irlandaise dispose également de 122 véhicules blindés de transport de troupes sur le terrain.

Dans les eaux, Dublin commande 9 navires, dont la majorité sont des véhicules de patrouille conçus pour surveiller les eaux côtières.

Le budget total de la défense de la République est d’un peu moins de 1 milliard de livres sterling par an selon les sources.

S’exprimant en juin sur l’idée que l’Irlande pourrait rejoindre l’OTAN, le Taoiseach Micheál Martin a déclaré : « Nous devons réfléchir au non-alignement militaire en Irlande et à notre neutralité militaire.

« Nous ne sommes pas politiquement neutres.

« Nous n’avons pas besoin d’un référendum pour rejoindre l’OTAN.

« C’est une décision politique du gouvernement. »

Suis moi sur Twitter @JamesLee_DE pour plus d’actualités Défense et Sécurité