Des manifestants allemands défient l'ordonnance du tribunal alors que des milliers de personnes s'affrontent violemment avec la police lors du verrouillage

Des vidéos partagées en ligne montrent que des manifestants et des policiers s’affrontent violemment après que des manifestants ont défié les ordonnances du tribunal de s’opposer aux mesures de verrouillage allemandes. Des policiers lourdement blindés ont été vus traînant des manifestants sur les routes et dans des fourgons de police avec des membres du mouvement « Querdenker » criant pour la liberté et la levée des restrictions – telles que les numéros de groupe, le port obligatoire du masque et les interdictions de voyager. L’Allemagne rejoint la France qui a également vu une augmentation des manifestations anti-verrouillage avec le pays voisin voyant des manifestations contre les coronavirus se produire pour le troisième week-end consécutif alors que les citoyens français font campagne contre les passeports vaccinaux.

Des dizaines de milliers de manifestants se sont vu refuser par la loi de se rassembler à Berlin ce week-end, mais beaucoup ont choisi d’ignorer l’interdiction et de se rendre quand même dans la capitale allemande.

Plus de 2 000 policiers auraient été déployés dans toute la ville avec une vidéo montrant des agents tentant d’attraper des manifestants et de les arrêter.

Environ 13 manifestations étaient prévues à Berlin, mais les tribunaux allemands ont interdit qu’elles le fassent.

Ils craignent que le rassemblement ne se transforme en un événement de grande envergure et s’inquiètent de l’implication du mouvement Querdenker.

Les pages d’événements partagées en ligne suggéraient que de nombreuses personnes présentes ne porteraient pas de masques ou ne maintiendraient pas de distance sociale avec le gouvernement allemand contraint de réagir.

Le mouvement Querdenker est composé d’anti-vaxxers et de théoriciens du complot qui protestent contre les mesures de verrouillage depuis leur introduction l’année dernière.

Le mouvement a fait les gros titres en avril lorsque des milliers de manifestants ont été arrêtés après avoir assisté à des événements organisés par le groupe.

Le gouvernement allemand a également révélé qu’un certain nombre de membres éminents du mouvement Querdenker étaient sous surveillance.

Environ 22 000 manifestants devaient assister à la manifestation de dimanche à Berlin, selon les chiffres des médias sociaux.

Plusieurs arrestations ont eu lieu pendant la manifestation mais le nombre total n’est pas encore connu.

L’Allemagne a levé une grande partie de ses restrictions sur les coronavirus, de nombreux magasins et services non essentiels étant désormais opérationnels.

Cependant, les rassemblements privés jusqu’à dix personnes sont toujours interdits et les masques FFP-2 sont obligatoires dans certains bâtiments et transports en commun.

Les voyageurs en provenance du Royaume-Uni ne peuvent également se rendre en Allemagne que s’ils sont entièrement vaccinés après que la chancelière Angela Merkel se soit retirée de l’application d’une interdiction à l’échelle européenne des voyageurs britanniques – quel que soit leur statut vaccinal.

Les manifestations reflètent ce qui se passe en France voisine, car de nombreux citoyens ont fait campagne contre les nouvelles règles du président Emmanuel Macron sur les coronavirus.

M. Macron a annoncé que des passeports vaccinaux, des vaccins obligatoires et la fin des tests PCR gratuits seraient introduits pour lutter contre la baisse de la vaccination.

Cette décision a semblé fonctionner avec plus de deux millions de personnes prenant des rendez-vous pour les vaccins dans les jours qui ont suivi l’annonce – brisant même les sites Web français de la santé dans le processus.

Mais alors que la plupart des variantes en France sont classées comme variante bêta, la principale variante COVID-19 en Allemagne est la variante Delta, un peu comme le Royaume-Uni.

Il a été annoncé en juillet que la France serait inscrite sur la liste de voyage « ambre-plus » où tous les voyageurs en provenance de France seraient tenus de s’isoler, quel que soit leur statut vaccinal.

Le ministre des Transports Grant Shapps a déclaré qu’il y avait des inquiétudes concernant la propagation de la variante bêta au Royaume-Uni, mais des rapports suggèrent que le gouvernement britannique réexaminera le statut de la France cette semaine.