Charles Leclerc explique la "révolte des ingénieurs Ferrari" et Mattia Binotto se déguise

Charles Leclerc s’est ouvert sur les allégations d’implosion de Ferrari, insistant sur le fait que l’équipe est toujours « très unie ». Cela survient après que Leclerc a été vu dans une discussion animée avec le directeur de l’équipe Ferrari, Mattia Binotto, après avoir quitté le top trois au Grand Prix de Grande-Bretagne, une course qu’il aurait peut-être remportée.

L’animateur de Sky Sports, Ted Kravitz, a demandé quelle était la réalité à l’intérieur de l’équipe après que les fans aient repéré le doigt de Binotto le week-end dernier. Il a également demandé pourquoi les mécaniciens de Leclerc n’auraient pas voulu célébrer avec Carlos Sainz après la victoire de l’Espagnol la semaine dernière.

Cependant, Leclerc a semblé écraser les rumeurs d’une scission intérieure chez Ferrari, suggérant que les histoires étaient fausses. Le Monégasque a expliqué : « C’est dommage de voir tout ce genre de choses car ce n’est définitivement pas ce qui se passe à l’intérieur de l’équipe.

« Nous sommes une équipe très soudée, nous l’avons toujours été et ce ne sont pas ces courses difficiles qui vont la faire changer. »

« Bien sûr, avons-nous été déçus après le week-end dernier ? Je pense que nous l’étions. Nous étions un-deux, nous avons terminé un-quatre, donc une partie de l’équipe était déçue. Mais ce n’était certainement pas la raison pour laquelle tout le monde n’était pas sur la photo.

« Je pense que la moitié de l’équipe qui est restée sur la photo a raté l’avion pour rentrer chez elle, c’était assez délicat. Nous voulions faire une première photo mais Carlos n’était pas là donc nous avons dû tout retarder, mais il n’y a aucune rancune.

On a ensuite demandé à Leclerc si l’équipe ne le soutenait que pour le championnat ou si la paire était toujours libre de se battre. La victoire de Sainz à Silverstone place l’Espagnol à seulement neuf points de son coéquipier malgré un début de campagne misérable.

Leclerc a répondu en réitérant qu’il sentait toujours qu’il avait le soutien de l’équipe avant la seconde moitié de la saison. Il a expliqué : « C’est plus Mattia de poser ce genre de questions.

« Je sens le soutien de l’équipe. Bien sûr, lors des dernières courses, cela ne m’a pas réussi pour une raison quelconque. Mais oui, je ressens toujours le soutien de l’équipe.

Lorsqu’on lui a demandé s’il pensait qu’il devrait mener le championnat du monde, Leclerc a admis qu’il n’avait pas encore abandonné. Il a commenté : « C’est vrai qu’il y a du potentiel pour gagner ce championnat cette saison et j’y crois toujours autant qu’avant. Nous avons juste besoin d’avoir [some] courses sans problème et n’ont que quelques week-ends de course propres. »